Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 10:29
je transmets


P1050104


Pour calculer le besoin en bois de sa yourte, il faut commencer par coucher ses plans sur papier millimétré et rassembler ses matériaux.


P1050088


On commence par choisir  la dimension de la yourte et le nombre d'ouvertures latérales, puis on cherche une porte d'entrée avec son cadre et les fenêtres éventuelles.

Dans les brocantes ou chez Emmaus, on peut trouver assez facilement des ouvrants avec leur cadre à un prix très abordable.


Il est important de commencer par cette étape pour connaître les dimensions exactes des parties ouvrantes de la yourte et les déduire de la circonférence totale,  afin  d'obtenir la longueur de treillis nécessaire.


On trace son plan pour définir le nombre de treillis utiles entre chaque ouverture.


bwqa


Pour dessiner les treillis, choisir deux couleurs différentes, pour symboliser les perches de dessus et de dessous.


P1050082


Le degré d'écartement du treillis est calculé sur l'angle droit des intersections.

Déployé, le treillis présente une succession de carrés en oblique,

le carré étant gage de stabilité.


P1050084


Sachant que le haut des treillis va recevoir la base des perches de toit et qu'il en faut une environ tous les trente centimètres pour que la toile ne gode pas entre les perches, on dessine une tige de treillis tous les trente centimètres.

 


P1050083


On peut aller chercher ses perches en forêt ou acheter son bois dans le commerce.

Ce qui ne coute rien, c'est évidement les perches en forêt si on a un bon plan avec un propriétaire foncier.


poteaux_cuisine_1



Si on achète, deux possibilités, sachant que pour les deux, il faut prendre son bottin et faire le tour des négociants  pour demander s'ils ont ce qu'on veut et à quel prix.

Après quoi, on met en balance la qualité, l'effort physique et le contenu de la bourse pour faire ses choix.


En magasin de bricolage, on achète des tasseaux soit bruts soit rabotés, c'est le plus onéreux, mais a priori ils sont secs, donc on peut choisir celles qui sont droites et sans trop de nœuds.


En scierie, c'est toujours moins cher, on commande du bois au mètre ou au mètre cube. Il faut donc calculer la longueur totale ou le volume de tasseaux et de perches pour négocier le prix. Rajouter systématiquement une marge pour les endroits noueux qu'on enlèvera. Souvent le bois est vert, attention, car il peut se tordre en séchant et donc il y aura des perches à écarter...


Pour les treillis, la section 4X4 suffit largement en brut, perso j'ai pris 3X3, sachant qu'on va le faire raboter ou le raboter soi-même, et aussi chantourner les angles.


Évidement, plus on prend de risques et plus on fait de travail soi-même sur le bois, moins on investit d'argent.


Mais de belles perches rabotées et chantournées sont évidement plus faciles à manier et plus gratifiantes coté esthétique.


hdd


Ça fait quand même un gros boulot si, comme je l'ai fait, on rabote tout à la main !

Si  on a cent trente perches de treillis de deux mètres de long en moyenne, pour une yourte de cinq mètres et demi de diamètre, multiplier par quatre pour obtenir la longueur des arrêtes à arrondir et de la surface à lisser : ça fait 1040 mètres à passer au rabot fin pour les angles et la même chose pour le rabot large !


Bonjour l'huile de coude.!..


rabot_perches_robiac

Mais c'est tout à fait faisable si on a changé sa mentalité et qu'on a laissé tomber toute notion de rendement pour privilégier l'effort et le plaisir personnel !

Et qu'on ne fait pas tout en même temps, sachant varier les travaux......


tachiiites


Ensuite il faudra traiter les mêmes surfaces au pinceau, d'abord avec du sel de bore, et enfin avec un mélange d'huile de lin et de térébenthine, si on ne les peint  ni ne les décore comme je me suis régalée à le faire pendant de longues heures dans une petite cour à l'abri du soleil.....


Après, c'est le moment de l'assemblage et du nouage:


assemble_treillis

Sachant qu'en moyenne on a huit trous par perches, préalablement percés à la main avec un vilebrequin ou à la perceuse, ça fait toujours 1040 jonctions à réaliser....

et si on fait deux ou trois nœuds de chaque côté de la jonction, mieux vaut tout de suite mettre un gros pansement sur ses doigts pour éviter les entailles brulantes de la ficelle, au laçage de presque cinq mille nœuds !


nbv

Perso, j'ai contourné cette difficulté en bloquant la ficelle passée en double à une extrémité par une perle, ce qui a déduit moitié moins de nœuds.....


Pour les perches de toit, même genre de boulot,


nkl


Mais la section du bois est forcement plus importante.

L'embout qui va se glisser dans la couronne est taillé au ciseau à bois tout simplement.

Je me suis fabriqué un étalon de la taille d'un trou dans la couronne, en général section 26,  pour ajuster la perche.

Il faut percer un trou à l'autre bout pour la cordelette qui attachera la perche au somment des treillis.


P1050074


Aussi, quand on me demande combien de temps et d'argent investis, ne pas s' étonner pas que je ne réponde pas, car je n'en sais rien !


Si on calcule ses heures, c'est qu'on est déjà dans la rentabilité du système, et je n'ai pas construit mes yourtes dans cette optique, à aucun moment.


Les charpentiers qui fabriquent des yourtes actuellement doivent bien rigoler en me lisant, sans doute assez moqueurs, mais je soutiens que quiconque veut construire sa yourte peut s'y atteler sans rien avoir appris auparavant, pour peu qu'on ait quand même un peu d'esprit pratique...


uuuuyh


Il est possible de partir de rien pour avoir sa maison de tissu sur la tête, à condition de bâtir son projet avec la fermeté et la conviction d'une indienne, pour qui fabriquer son abri vital est une évidence.


P1050097


En construisant sa yourte, on contribue évidement à la crise du bâtiment, on est totalement subversif puisqu'on enlève du travail à des tas de gens qui triment sur de gros chantiers polluants, mais, en une pierre plein de coups, on se rapproprie son foyer, son travail, ses loisirs, son environnement....sa liberté, l'estime et la confiance en soi, l'ouverture aux autres, et... la joie de vivre!


fabrication_treillis_bleu

Ceci en accomplissant tout simplement la seule tâche que nul ne peut nous enlever que si on laisse faire :  la mission de devenir un véritable être humain.


j_iikkk


Imaginons comment la planète et ses habitants se porteront mieux en faisant fleurir partout des villages de yourtes auto-construites !


P1050146

 

 

Posté par barbesse

Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Vivre Autrement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche