Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 05:18

je partage

 

source : link

 

 

 

Cher Nicolas,


Nous devons vous dire ce que personne dans la cour que l’on décrit autour de vous, dans les gens qui vous utilisent, n’osera vous avouer. C’est pour cela que nous sommes vos meilleurs amis. Gardez-vous en revanche de ceux qui vous flattent.


Cher Nicolas, il y aura toujours un créneau pour l’« aventurier baroudeur » sur une grande chaîne de télévision ; le gars qui se déplace dans la jungle, bravant les crocodiles, faisant copain avec les tribus de réducteurs de têtes, et louant la beauté de la nature sauvage. C’est une niche, un marché, que les industriels de la télévision ne manqueront jamais d’exploiter. C’est vous, aujourd’hui sur TF1, ou Yann Arthus-Bertrand sur France télévisions. Mais d’autres, comme Nicolas Vanier ou Jean-Louis Étienne, se bousculent déjà pour prendre votre place.


Votre problème, c’est que vous avez fini par croire à l’histoire que l’on vous racontait. Vous avez rêvé d’être le maître de votre destin alors que vous n’êtes que l’agent des firmes qui vous financent. Vous allez peut-être vous retrouver bientôt comme le héros du film Matrix qui s’éveille et découvre que son environnement était un leurre. Vous réalisez alors enfin que vous n’êtes pas l’allié de l’écologie, mais l’agent des multinationales dans une tentative d’OPA hostile sur elle.

Aujourd’hui, vous demeurez encore dans un déni qui est sujet à rire : « J’ai cette chance – et je n’en tire d’ailleurs aucun orgueil – de ne pas avoir besoin de TF1 ni pour vivre, ni pour exister. » (Terraeco.fr, 4-2009), ou lorsque vous déclarez « ne pas vouloir être un candidat médiatique » (JDD, 16-4-2011). Vieux politicard et cumulard, le député Noël Mamère vous a pourtant averti : « Nicolas n’aime pas prendre des coups. Là où il est actuellement, il est préservé. S’il franchit le pas, il va sortir de son sanctuaire. » (Sud-Ouest, 16-1-2011).

Avec votre entrée en politique, le temps du monde réel est pour vous venu. En janvier 2007, vous avez affirmé au mensuel bobo Psychologies : « J’ai tenté un jour de devenir adulte et j’y ai définitivement renoncé. »

Il est temps de couper le cordon, notamment avec les multinationales qui vous couvent. La politique n’est pas pour les adulescents. Votre côté « Brice de Nice » fait sourire. Nicolas, la société n’est pas un « kitesurf » dont la planche serait la population et le parachute les entreprises qu’il s’agirait de faire virer de bord.

Votre jargon de « pyramide de complexités » et de « double contrainte » (France Inter, 14-4-2011) révèle votre totale confusion. Votre tutoiement systématique traduit bien cette incapacité à différencier les hommes des intérêts et des institutions qu’ils incarnent. Vous êtes aussi incapable de différencier les nécéssaires compromis des compromissions destructrices.

La notion de « conflit d’intérêts » semble totalement vous échapper, comme l’a exposé le rapport parlementaire des députés Geneviève Gaillard (PS) et Jean-Marie Sermier (UMP) déposé pour l’Assemblée nationale le 2 février 2011.

Vous pensez pouvoir écarter cette observation d’un revers de main alors que cette confusion des genres est au cœur des problèmes auxquels se confronte notre société.


Votre Pacte écologique fut une grande farce médiatique : les hommes politiques signeront tout, et surtout n’importe quoi, s’ils pensent que cela leur permettra de conserver le pouvoir. En revanche, leur prendre des voix est aussi incompréhensible qu’inacceptable pour eux. Des politiques, comme l’objecteur de croissance Yves Cochet, savent très bien tout cela, mais ils pensent cyniquement pouvoir vous utiliser à des fins électorales. La Bérézina de votre annonce de candidature vous pousse aujourd’hui à prendre pour prétexte la montée du Front national pour trouver une issue de secours.


Aussi, nous vous le disons comme vos vrais amis : retirez-vous au plus vite de ce nouveau piège qu’est la campagne présidentielle. Affranchissez-vous de vos sponsors (pardon, vos « mécènes »). Soutenez les candidats objecteurs de croissance, Stéphane Lhomme et Clément Wittmann. Vite ! Pour la planète, mais surtout pour ses habitants.

 

 


 

 

 

Cher Nicolas Hulot,


Vous souhaitez « toucher les consciences » de vos contemporains, aussi je m’adresse à vous, droit dans les yeux.


Cher Nicolas Hulot, je vous enjoins de vous retirer de l’écologie politique à laquelle vous avez fait plus de mal en un an que toutes les forces productivistes, droite et gauche confondues, depuis les années 1970, lorsque l’écologie est entrée en politique.


Bien sûr, vous êtes avant tout le produit des forces qui vous manipulent : E. Leclerc, L’Oréal, Bouygues, TF1 et plus largement les multinationales qui vous financent, mais aussi la droite néolibérale de Nicolas Sarkozy.


Ce n’est pas à votre personne que nous en voulons mais à l’offensive idéologique dont vous êtes le cheval de Troie le plus abouti. Vous incarnez de manière pratiquement parfaite la capacité du néolibéralisme à digérer sa contestation et à semer la confusion chez ceux qui lui résistent. Vous êtes d’autant plus efficace que vous en semblez totalement inconscient.

 

L’idéologie dont vous êtes le vecteur conduit à dépolitiser l’enjeu écologique et la réflexion sur le productivisme. Elle amène à penser que la société de consommation ou le néolibéralisme sont compatibles avec la préservation de la planète.


Vous déclarez vouloir transformer la société de l’« intérieur » mais vous abusez vos contemporains. Vous leur parlez en fait de l’intérieur des sociétés multinationales qui vous financent et non de l’intérieur de la démocratie. Votre totale inconscience du jeu des rapports de force politiques vous conduit à rejeter dans une position extrémiste ceux qui s’engagent à faire reculer démocratiquement le danger que font peser les multinationales sur notre société, notre démocratie et notre environnement. Votre discours de consensus, en fait fusionnel, recouvre un véritable déni du politique en refusant un clivage entre le pouvoir et l’opposition pourtant consubstantiel de la démocratie.


Votre mission a été un succès au-delà des espérances de ses initiateurs : toute une partie de la gauche, la candidate des Verts à la présidentielle, le candidat des altermondialistes et même un hebdomadaire de gauche critique ont foncé tête baissée dans le piège, sidérés par votre puissance médiatique. Vous avez réussi à brouiller les cartes bien au-delà des écologistes et de la gauche en diffusant une vision consumériste du rapport à la nature grâce à de puissants relais médiatiques et économiques.


Bien sûr tout cela aurait été impossible si ces forces politiques n’étaient pas actuellement politiquement et intellectuellement en plein égarement.


Cher Nicolas Hulot, vous faites aujourd’hui alliance avec un gouvernement élu sur un slogan : « Travailler plus pour gagner plus » qui est un véritable cri de guerre du productivisme le plus aveugle. On aurait pu penser que même les plus naïfs allaient commencer à ouvrir les yeux. Rien n’est moins sûr.


Alors je vous le demande : pour la planète, mais surtout pour ses habitants, s’il vous plaît, retirez-vous au plus vite. Vous avez fait assez de tort, assez de mal.


 

Nom* :

Prénom* :

Activité :

Code Postal* :

Pays :

Ville :

Courriel* :

L'adresse courriel ne sera pas publiée, elle ne sert qu'à la confirmation de votre signature.
Recevoir la lettre d'information du « Pacte contre hulot » (dix par an maximum - vous pouvez vous désinscrire en bas de chaque message)

*champs obligatoires déclare signer le « Pacte contre hulot »

Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Ecolo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche