Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 09:37

je partage

 

source : link

 

 

 

 

Jean Desmaison

12/01/2012

 

 

 

J'ai beau être un peu sceptique sur la responsabilité humaine dans le changement climatique, je ne peux que constater que quelque chose ne tourne pas rond dans les saisons.

Un de mes voisins vient d'arracher des pommes de terre nouvelles, repousses de la récolte de cet été.

 



Bourgeons de cognassier (Jean Desmaison)

 


Depuis mi-décembre, je n'ai qu'à aller dans mon jardin pour constater que l'hiver n'est pas arrivé.

Des bourgeons gonflés de cerisier, et même de vigne, des fleurs de cognassier, de rose trémière, de pâquerette, des feuilles de quelques arbustes à fleurs...


En plein janvier, la nature est prête à repartir comme elle devrait l'être en mars.


L'hiver dernier, à cette époque, en Sud-Vendée, on comptabilisait déjà 25 jours de gel avec des pointes à -5,4°C et 14 jours l'hiver précédent avec un -7,1°C.


Cette année, je n'ai connu que trois petits matins en dessous de 0°C, et encore, très légèrement.


On peut égoïstement se réjouir de ce début d'hiver très doux.

Moi le premier : nous nous chauffons en grande partie avec du bois, et j'ai déjà économisé trois stères depuis le début de la saison.



Faut-il vraiment se réjouir ?

Ce dimanche, dans l'émission « 3D » de Stéphane Paoli sur France Inter, Alain Baraton, jardinier en chef des jardins du château de Versailles, explique très bien que cette douceur est dangereuse les plantes : les arbres ont besoin d'une période de repos végétatif pour stocker l'énergie nécessaire à la repousse des feuilles.

 

La fatigue, voire l'épuisement de certains arbres les rend vulnérables aux maladies. De plus, grâce à la douceur et l'humidité, de nombreux parasites survivent et seront surabondants au printemps.

 



Des rosiers (Jean Desmaison)

 


Ces cycles avancés provoquent une grande souffrance chez les arbres. Bien sûr, ils ne peuvent pas se déplacer, mais ils migrent par leurs graines.


Par exemple, les hêtres ont migré des Pyrénées vers la Loire. Les Anglais investissent dans la vigne.

Mais malheureusement, les parasites migrent avec eux comme les chenilles processionnaires qui sont remontées jusqu'en région parisienne.


Cette douceur exceptionnelle est-elle un évènement ponctuel ?

Peu probable car 2011 a été l'année la plus chaude depuis que l'on fait des relevés météo et la plupart des dix dernières années sont aussi parmi les plus chaudes.


Si ces événements, comme des hivers doux ou des printemps très secs, se poursuivent dans les années à venir, il faut s'attendre à de grandes modifications de nos paysages.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc à savoir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche