Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 17:16

je partage

 

source : link

 

 

26.01.2012 | Kate Galbraith

 

Chaque année dans le monde,

un tiers de la nourriture part à la poubelle.

Pour limiter ce gâchis, quelques initiatives individuelles

ou politiques voient le jour.

 

 

 

L'étude commandée par l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) - document PDF

L'étude commandée par l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation

et l'Agriculture (FAO) - document PDF

 

 

 

 

 

Depuis le début du mois de janvier, la chaîne britannique Marks & Spencer utilise un nouvel emballage permettant aux fraises importées de se conserver deux jours de plus. L'entreprise envisage à présent de généraliser cette nouvelle technologie à tous les fruits fragiles.

Si les fraises se conservent mieux, les consommateurs en jetteront moins, espère le distributeur.

Certes il s'agit d'une initiative modeste mais elle s'inscrit dans le cadre d'une laborieuse bataille mondiale contre le gâchis de nourriture.

Les chiffres sont en effet choquants :

dans le monde entier, un tiers de la nourriture - soit 1,3 milliard de tonnes - part chaque année à la poubelle, selon une étude commandée l'an dernier par l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO).

Les écologistes font campagne contre le gaspillage de l'eau et de l'énergie mais on ne prête généralement guère attention au gâchis de nourriture, qui requiert pourtant beaucoup d'eau et d'énergie.

Selon l'étude de la FAO, réalisée en Europe et en Amérique du Nord par l'Institut suédois pour l'alimentation et la biotechnologie, 280 à 300 kg de nourriture par personne finissent chaque année à la poubelle.

Soit deux fois plus que dans des régions en voie de développement comme l'Afrique sub-saharienne et l'Asie du sud-est.

Les consommateurs, qui jettent de la nourriture non périmée, sont responsables d'un tiers de ce gâchis.

Le problème, estime le rapport, c'est "la logique qui prévaut dans les pays industrialisés selon laquelle 'jeter revient moins cher que d'utiliser ou de réutiliser'".

Dans les pays émergents, les problèmes sont différents.

Faute de technologies adéquates, le gaspillage a lieu en amont, au moment de la récolte, du traitement et de la distribution.

Par exemple, en l'absence de contenants réfrigérés, le lait tourne lors de son transport au marché.

Mais avec la hausse des prix des matières premières comme le maïs, la lutte contre le gaspillage est à l'ordre du jour.

Au Royaume-Uni par exemple, la Sustainable Restaurant Association (Association de la restauration durable, SRA) basée à Londres, a lancé une campagne à l'automne dernier pour réduire le gaspillage dans ce secteur.

Elle a fourni 350 doggy-bag - qui permettent de rapporter chez soi les restes de son repas - à chaque établissement participant à l'opération, et espère déployer cette campagne en dehors de la capitale.

Bien sûr, multiplier les emballage n'est pas très écologique mais Tom Tanner, représentant de la SRA, assure que ces doggy bags sont faits de matériaux recyclés et sont compostables. 

La SRA encourage également les restaurateurs à limiter le gâchis en cuisine.

Une enquête réalisée dernièrement auprès de 10 restaurants londoniens a révélé que la préparation des repas engendrait 500g de déchets par plat.

Environ 65% de ces détritus proviennent de mauvaises habitudes en cuisine qui consistent par exemple à mettre les épluchures de légumes à la poubelle.

De l'autre côté de l'Atlantique, Dave Krick achète désormais des carcasses entières de bœuf pour les deux restaurants dont il est copropriétaire dans l'Idaho.

Cela contraint les chefs à cuisiner des morceaux de viande différents et à faire preuve de créativité, en les préparant par exemple dans des soupes et des bouillons.

Grand utilisateur de produits locaux, Dave Krick aime acheter des légumes comme les betteraves "car tout se mange dans la betterave, même les fanes".

D'après les promoteurs de la réduction du gaspillage alimentaire, les pouvoirs publics devraient s'impliquer davantage dans ce combat.

Dans les pays en voie de développement, il faudrait améliorer l'état des routes pour réduire le temps de transport des denrées, explique la FAO.

 

En Europe, une résolution adoptée le 19 janvier parle Parlement à Strasbourg appelle la Commission et les gouvernements à prendre des mesures concrètes pour réduire de moitié le gâchis alimentaire d'ici à 2025.

Parmi les mesures préconisées :

mener des campagnes de sensibilisation des consommateurs ou déclarer 2014 "année européenne de lutte contre le gaspillage alimentaire".

 

[Mais aussi vendre à prix bradés les produits dont la date de péremption est proche ou distribuer les invendus aux personnes démunies.]

Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Vivre Autrement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche