Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 08:37

 

 


Tout le monde se souvient de l’appel de notre Canto national

en décembre 2010, nous invitant à faire « sauter le système »

en vidant nos comptes

au nez et à la barbe de ces s****** de banquiers.


 


Chacun y est allé de sa prise de position sur cet appel, jusqu’aux plus hautes sphères de l’économie française, puis sur le flop qui s’en est suivi. Il demeure cependant qu’il serait un peu rapide d’enterrer « la chose » d’un haussement d’épaules ou d’un sourire narquois.


Plus de deux ans après le déclenchement de la crise économico-financière que n’en finissons pas de traverser, dix ans après l’éclatement de la bulle internet, dix-huit ans après le dernier grand effondrement de l’immobilier (dois-je continuer dans l’énumération ?), force est de constater que rien n’a changé en matière de mauvaises pratiques financières et d’opacité des systèmes, nous préparant des lendemains assez peu radieux.

 

Personne ne peut prétendre l’ignorer, merci les nouveaux robinsons du web, mais chacun dans son coin se sent désarmé face au vaste monde et à sa course folle…

 

 

 


Le grand soir, pourquoi pas, mais vers qui se tourner pour placer son argent en un lieu sûr et utile ?


Face à cette question exprimée par un très grand nombre de personnes, épargnants ou simple quidam, sur tous les sites, forums et autres talk show, télé, radio, on réalise le manque d’offres en dehors des deux grands acteurs « historiques » français de la finance solidaire et coopérative. Sans compter qu’historiques ou pas, ils sont encore assez peu et mal connus. En voici donc les grands traits :


La NEF, société coopérative de finance solidaire. Elle existe depuis 1988 sur l’ensemble du territoire, via ses délégations locales, et exerce deux grandes activités auprès d’épargnants et d’emprunteurs :


- Collecte de l’épargne via l’ouverture d’un compte épargne. L’argent est garanti, rémunéré et placé sur des comptes à termes. Tout le monde peut détenir un compte à la NEF (modalités d’ouverture de compte ici [http://www.lanef.com/epargner/ouvrir_compte.php])
- Octroi de crédits auprès de particuliers (pour l’éco-construction par exemple) ou de professionnels (dans les secteurs de l’écologie, du social, de la culture notamment).


La NEF n’emprunte pas sur les marchés financiers et est exclusivement financée par les particuliers qui y déposent leur épargne.


La NEF, dans un souci de transparence, publie son « petit livre » annuel listant, en détails, tous les prêts qui ont été consentis pour l’année précédente. Ainsi, on y trouve, par secteurs et par région, l’ensemble des bénéficiaires des crédits NEF. Véritable « Guide du Routard de l’épargne solidaire » pour tous ceux qui seraient intéressés à aller voir, sur place et en vrai, à quoi ressemble tous ces gens et toutes ces initiatives à travers le pays, on peut également le consulter ici.


Suite à l’appel de Cantona, la NEF qui reçoit habituellement quelques demandes de renseignements par jour a été assaillie de centaines de demandes d’ouverture de compte et d’information…

 

 


Le deuxième acteur est le Crédit Coopératif,la banque des entreprises de l’économie sociale.


Issu de la création de la Banque Coopérative des associations ouvrières en 1893 et de celle de la Caisse Centrale de Crédit Coopératif en 1938, le Crédit Coopératif est devenu une banque à proprement parler après la loi bancaire de 1984, offrant ses services à tous au travers de 70 agences partout en France :


Son offre bancaire classique (comptes courants, prêts, emprunts, assurances) se pare des couleurs d’un engagement solidaire, éthique, social ou environnemental via des produits phares tels que SICAVs et FCPs ou de la CARTE AGIR, carte de paiement dont un pourcentage à chaque opération est reversé sous forme de dons auprès d’une association choisie au préalable


Là encore, suite à l’appel, le Crédit Coopératif a enregistré plus de 3 500 demandes d’ouvertures de comptes.


A noter que l’association Les Amis de la Terre, qui se préoccupe de savoir ce que les banquiers font de l’argent, vient de publier son guide « Environnement, comment choisir ma banque », disponible ici [http://www.financeresponsable.org/] dans lequel elle attribue un bon point « impacts positifs » en matières de risques environnementaux et sociaux à la NEF et au Crédit Coopératif.


Quand on sait que même un placement labellisé FINANSOL n’intègre qu’une partie mineure d’investissement responsable et reste encore, pour sa plus grande part, investi sur les sociétés du CAC 40… il faut vraiment creuser pour s’y retrouver dans la multitude de placements éthiques, labellisés, socialement responsables. Et le conseiller bancaire de base est loin de disposer de toutes les informations, loin s’en faut.

 

 


En conclusion, clôturer son compte et aller porter son argent ailleurs est plus simple à dire qu’à faire et demande de chacun une démarche personnelle d’appréciation et d’évaluation en fonction de besoins clairs et de d’objectifs précis.

Les conseils de réalité et de transparence sont de mises : posez mille questions, investissez directement dans des activités clairement définies (prêts, parts sociales), agissez selon votre cœur et votre intuition et faites-vous plaisir.

 

Car il faut pouvoir transformer cette corvée en aventure excitante : disposer d’un peu d’épargne aujourd’hui représente une sacrée puissance pour influencer et changer la vie des autres !

 

Pensez-vous que les banquiers continueraient à lorgner sur votre tirelire avec autant d’insistance si cette dernière n’était pas dotée de pouvoirs magiques ?

 


Par Catherine Wendell

Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Vivre Autrement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche