Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 07:23

je partage

 

source : link

 

 

 

 

De Anne-Sophie • 13 février 2011 •
Catégorie: Debats

 

 

 

Depuis fin 2010, le débat sur les gaz de schiste fait rage au Canada comme en France et la contestation gronde des deux côtés de l’Atlantique. Mais pourquoi considérer ce sujet comme problématique ? Ne s’agit-il pas plutôt d’un gisement d’argent inédit dont les retombées financières seront nombreuses pour l’économie locale ? Une chose est sûre: la suspension des explorations décidée par notre ministre de l’écologie est de bien mauvais goût. Démonstration.

 

 

Une mécanique bien huilée

 

 

Il ne faut pas croire: les gaz de schistes ayant révolutionné le marché énergétique américain, on aurait tort de se priver de leur exploitation en d’autres lieux sur la planète. Selon le rapport du géant italien de l’énergie E.ON cité par Owni, les gisements représenteraient “des milliers de milliards de mètres cubes de gaz en Europe, sept fois plus en Amérique du Nord et plus encore en Asie et en Australie… De quoi flamber encore pendant quelques décennies sans besoin d’énergies renouvelables. Tout ça grâce à la technique révolutionnaire de fracturation hydraulique mise au point par le géant de l’armement texan, Halliburton.

 

 

Une technique que vous pouvez tester en cliquant sur l’application suivante :

 

 

 

En France, comme le montre la carte suivante (encore réalisée par Owni), plusieurs sites de forage ont été autorisés par Jean-Louis Borloo via l’attribution de trois permis exclusifs de recherche et d’exploration dans le sud-est (permis de Montélimar ; permis de Nant, permis de Villeneuve de Berg).

 

 

Grains de sable

 

Le hic, c’est que cette décision n’a pas plu à l’actuelle ministre de l’écologie qui n’a pas hésité à suspendre illico les travaux d’exploration pour lancer une mission sur les enjeux environnementaux des gaz de schiste.

Pire, les argumentaires des industriels connaîtraient certaines fuites. Aux Etats-Unis, le documentaire Gasland met à mal l’industrie pétrolière en prouvant que l’eau peut devenir inflammable tant elle est concentrée en benzène, méthane et de nombreux produits toxiques (voir l’image extraite de Gasland, le documentaire de Josh Fox sur la fracturation hydraulique)

 


 

 

 

Des pétitions circulent vite en France comme au Canada, où une pétition demandant un moratoire complet sur l’exploration et  l’exploitation du gaz de schiste ainsi que l’ouverture d’une consultation publique sur l’avenir énergétique de la belle province a  été remise mardi 8 février à l’Assemblée nationale du Québec (source). La vidéo suivante incarne bien le mode opératoire choisi par nos amis québécois :

Terra eco a même ouvert un débat public sur son site afin que chacun puisse s’exprimer sur la question.

La belle affaire

 

 

Sauf que c’est bien joli tout ça, mais moi je me disais que nous pourrions tout de même faire fortune. A l’image du travail réalisé par la jeune artiste-designer Valérie l’Italien qui, au Canada, a bien senti le filon en proposant de créer une eau gazeuse au goût de schiste. Ainsi que l’exprimait un de ses compères il y a peu :

 

Dans mon cours d’emballage, nous croyons que nous avons la vraie solution pour augmenter la richesse collective. Puisque le gaz de schiste risque fort de contaminer notre nappe phréatique, pourquoi résister à la tentation d’exploiter le filon? En effet, ce qui peut paraître comme une catastrophe pourrait devenir une véritable richesse. J’ai nommé l’eau gazéifiée au gaz de schiste conçue par mon étudiante Valérie L’italien dans mon cours d’emballage. Après les Perrier et les Sanpellegrino, nous aurions le Goût de schiste québécois. Cette eau gazeuse particulière serait disponible en plusieurs saveurs et viendrait avec une allumette pour flamber les excédents de gaz et savourer ensuite cet élixir Libéral par excellence.

 

 

 

De quoi s’éclater non ? En plus cela pourrait plaire aux géants français de l’eau en bouteille et nous pourrions même venir faire des cures bien-être afin de se re-dynamiter re-dynamiser un peu. Et puis des circuits touristiques en autocar avec des arrêts sur les sites de forage tous les 250 mètres, ça aurait été bien aussi ? C’est donc une sacrée tuile que cette suspension des permis, vraiment de mauvais goût Nathalie ! Sans blague…

 

Mais j’y pense, n’aviez vous pas vous aussi de bonnes idées pour rentabiliser l’implantation des forages dans le Sud-Est de la France ?

 

 

 

 

Partager :
  • RSS
  • Fuzz
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Scoopeo
  • Google Bookmarks
  • Ddurable
  • Wikio FR
  • TwitThis

Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Ecolo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche