Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 18:22

je partage

 

source : link

 

 

 

 

Greenpeace a découvert, dans le Pacifique,

une immense île de déchets

 

 

En plein coeur du Pacifique, grande comme la France, recouverte de brosses à dents, et autres déchets divers, dans les eaux internationales.


Nommée « The Great Pacific Garbage Patch », NO bad.gif ou plus simplement « The Pacific Trash Vortex », cette île n’est pas visible car les déchets flottent légèrement sous le niveau de la mer, et cette couche de détritus n'a que quelques millimètres d'épaisseur. On soupçonne l'existence de semblables plaques sur d'autres océans.


Ce sont les courants océaniques autour de la zone qui sont à l'origine de la concentration des déchets, comme l'explique François Chartier, membre de Greenpeace spécialisé dans la protection des océans.


Il explique les risques que cette décharge maritime fait peser sur l'environnement :

« Le plus inquiétant dans cette histoire, c'est son impact sur la biodiversité marine. Par exemple, les morceaux de plastique sont coupés de plus en plus petits. A un moment ils atteignent la taille suffisante pour être avalés par les animaux. On a trouvé près de mille morceaux de cette sorte dans l'estomac d'un albatros. »


On connaissait depuis quelques années l'existence de cette plaque de détritus, mais les informations, floues et variables, discréditaient la découverte.

Aujourd'hui, des équipes de scientifiques affirment son existence.

Cela a commencé dans les années 90 avec les recherches de l'océanographe Charles Moore, membre de l'équipage de l'Algalita marine research Fondation.

En étudiant la concentration de débris de plastique flottant dans cette région, Charles Moore obtient ces chiffres ahurissants : trois millions de morceaux de plastique par km².

 

 

Dans la zone centrale, dans ce qui s'appelle le Trash Vortex,

les études s'accordent à dire que l'on trouve aujourd'hui

six kilos de plastique pour un seul kilo de plancton.

dechets01.gif dechets02.gif dechets03.gif dechets04.gif

 

 

En 2006, des données circulent dans la presse américaine : on parle d'un nouveau continent, d'une taille de 3,5 millions de km².

Dans la presse française, rien.

Les sceptiques se méfient : aucune photo, aucune vidéo n'étaye ces affirmations, et seuls des témoins de l'Algalita fondation affirment avoir vu cette île de déchets.

Peu poissonneuse, sans courants, la zone n'attire ni pêcheurs, ni plaisanciers.


Après le passage en novembre 2006 de l'Esperanza, navire de Greenpeace, on évalue sa surface à un peu plus de 600 000 km², soit environ la taille de la France.

Les photos prises par l'ONG ne sont pas significatives.

Avec les vagues, le sel, les chocs, le plastique s'est fractionné en morceaux de quelques millimètres, qui voguent entre la surface et plusieurs mètres de profondeur.

Pas une masse solide donc, mais une zone où l'eau est saturée de débris.

 

 

 

 

Cette plaque waste.jpg s'est formée pendant plusieurs décennies, coincée entre Hawaï et la Californie, entourée de courants concentriques qui ont ramené les déchets du Pacifique dans ce « trou noir ».
Une fois piégés, ces déchets restent dans le même secteur, sans doute pour plusieurs siècles :
aucun pays ne veut assumer la responsabilité du nettoyage de la zone, opération très coûteuse.
Mêmes causes, mêmes conséquences pour d'autres plaques de déchets, comme celle observée près du Japon, et celle dont on soupçonne l'existence dans la mer des Sargasses, à proximité des Bahamas.
isoconcentration.gif Plus proche de chez nous, les déchets qui parviennent en Manche (issus de la Seine en particulier) sont transportés vers la mer du Nord où ils se concentrent avec les déchets issus des pays riverains à l’ouest du Danemark.
Ce phénomène qui toucherait tous les océans de la planète, formerait une menace pour les écosystèmes marinswatergarbage.jpg. L'impact d'un tel amoncellement de déchets aurait un impact dramatique sur la faune marine du fait de leur fragmentation en morceaux de taille microscopique. Ingérés par les oiseaux, tortues, ou autres animaux marins, ils peuvent causer des intoxications ou des empoisonnements. De plus, ils risquent d'affecter toute la chaîne alimentaire, et peuvent alors représenter un danger pour la santé humaine.



Quelle solution adopter face à ce phénomène inquiétant?


pollution.jpgSelon Greenpeace, cette île de déchets « semble un chantier titanesque dont personne ne veut assumer la paternité ni les coûts, il est de la responsabilité de la communauté internationale de régler ce problème en particulier et d'adopter des mesures efficaces de lutte contre les déchets. Il est également indispensable de développer le recyclage des déchets, l'utilisation de plastique biodégradable et mettre en place une véritable politique de réduction des déchets ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Ecolo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche