Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 06:50
   je diffuse
















Mister Compost à l’assaut de la capitale
Jean-Jacques Fasquel a installé ses premiers bacs à compost dans la cour de son immeuble il y a un an et demi, à Paris.
Depuis, il est devenu conseiller en la matière et commence à distribuer son savoir dans les autres foyers de la capitale.




Karine Le Loët
Journaliste à Terra eco (Paris).

 

 

 

 

 

 

 

Son terrain de jeu, c’est un petit carré d’herbe entre de grands immeubles blancs, dans le 12ème arrondissement de la capitale.

Jean-Jacques Fasquel, c’est un peu le Mister Compost parisien.

En costume de ville, il saisit le compost à pleines mains, hume l’odeur de la forêt revenue dans la terre.

Il raconte, pédagogue, le stade bactéries puis l’envahissement des cloportes.

Pourtant l’homme n’a pas vécu toute sa vie à l’abri d’une meule de foin, le nez à fleur de luzerne.

Organisateur de spectacles, directeur de cinéma puis du centre commercial Bercy Village, il est entré dans le développement durable par la porte des livres et des films.

“Et les pièces du puzzle sont tombées en place”, confie-t-il.

Reconverti consultant et formateur en développement durable auprès des entreprises ou des collectivités, il s’est alors penché sur sa vie à lui.


L’idée du compost dans sa cour d’immeuble lui est venu un beau jour il y a deux ans et demi.

“Il y a des gens qui pensent à la présidentielle en se rasant, moi je pensais au compost en épluchant, sourit Jean-Jacques. Chaque fois que je balançais des épluchures à la poubelle, je me disais que c’était aberrant. Mais ce n’est pas facile en ville de traiter des déchets organiques.”, même si l’expérience du compost existe déjà dans des villes de moindre densité, comme Rennes.

“Mon pari ça a été de le faire à Paris.”

L’homme envoie un projet à la mairie du 12ème et à Paris Habitat, propriétaire de sa résidence.

Il recrute une trentaine de volontaires au cœur des 600 logements qui l’entourent.

Un an plus tard, l’affaire est bouclée et Paris Habitat se charge de tout financer : des grands bacs à compost, quelques outils ou encore des petits seaux verts dans lesquels chaque volontaire collecte ses déchets. L’organisme délivre même une formation initiale pour atteler tout le monde au projet.

“Le jour de la formation, il y avait comme un truc magique. Les enfants couraient partout. Des gens qui ne se connaissaient pas se parlaient. C’était le début d’une aventure collective partagée. Moi, ce genre de chose ça me fait vibrer”, s’émeut Jean-Jacques Fasquel. Nous étions en juin 2008.

 


Depuis, les choses se sont organisées.

Une newsletter alimente les adhérents en infos pratiques et rappelle les consignes de base.

Les “apprentis composteurs”, eux, se rassemblent pour la distribution du compost qui garnit leurs jardinières et bientôt... un jardin potager où chacun des composteurs aura son bout de parcelle.

“Ce n’est pas un truc de bobo, il ne s’agit pas d’amener la campagne à Paris mais de mener à bout un raisonnement intellectuel : ’J’ai des déchets qu’est ce que j’en fais ?’ Ici, c’est plutôt une histoire collective”, se félicite Jean-Jacques Fasquel.

Parmi les apprentis composteurs, des petites mamies, des familles de cinq et “toutes les catégories sociaux-professionnelles”.

Aujourd’hui, ils sont une cinquantaine d’apprentis, et il y a même une liste d’attente.


Pendant qu’il garnit ses rangs, Jean-Jacques Fasquel élargit aussi son terrain de jeu.

L’homme est passé maître composteur et proposera une formation sur le sujet en novembre.

De bénévole dans la cour de son immeuble, il est passé conseiller en compost.

Dans le 20ème, il est même allé installé deux bacs à la demande d’un bailleur social.

Le compost en ville ?

Des limites ?

“Il faut quand même un petit bout de terre. Sur le béton c’est difficile. Il y a du liquide qui coule et il faut bien aussi que la microfaune vienne de quelque part !”.

Mais des bouts de jardin à Paris, ce n’est pas ça qui manque, assure Mr Compost, toujours prêt à aller poser ses bacs et distiller son savoir dans une autre cour d’immeuble.


A lire aussi dans Terra eco :
- J’ai testé le lombricompostage
- J’évite le gaspillage alimentair
- Compostage à Saint Philbert de Bouaine

LES SOURCES DE CET ARTICLE :
- Le site de Jean-Jacques Fasquel
- Photos : Karine Le Loët

Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Ecolo
commenter cet article

commentaires

Delph 17/10/2009 14:18


Bravo ! j'applaudie bien fort !


Loukoum & Cie 18/10/2009 09:05


Oui, que celà serve d'exmple !!!


Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche