Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 08:26
Jongleur (photo 1)





Le 30 septembre 2009, Guy Laliberté, fondateur du cirque du soleil et de la fondation One Drop, s’est envolé pour l’espace pour une durée de 12 jours. Il est pour One Voice l’emblème de la réussite des cirques sans animaux.

 

Un cirque novateur


Crée en 1984, le cirque du soleil a pour philosophie l’innovation au service de l’émotion et de l’imaginaire.

Ses spectacles ont toujours été axés sur les arts du cirque alliés à des innovations artistiques audacieuses sans jamais mettre en scène d’animaux. Du haut de leur 11 millions de spectateurs à travers le monde, il est aisé de répondre au lobbying circassien qu’un cirque sans animaux, ça marche !



La réussite fulgurante


En 20 ans, Guy Laliberté est passé de simple saltimbanque, à patron d’un empire. Il est aujourd’hui le 261ième homme le plus riche du monde.

Son entreprise emploie quelques 4 000 personnes dans 40 pays différents.

Quels que soient les pays et les cultures, ses spectacles font l’unanimité. Aujourd’hui, grâce  cette réussite, il va pouvoir concrétiser son rêve de partir dans l’espace.

Mais visiblement ancré dans une démarche éthique, il s’est aussi donné une mission.



Mission sociale poétique


Pour la modique somme de 35 millions de dollars, ce 7e touriste de l’espace décollera de la station russe Baïkonour à bord d’une capsule Soyouz pour rejoindre la station spatiale internationale (SSI).

Interviewé depuis le centre d’entraînement Star city près de Moscou, il décrit sa mission comme une « mission sociale poétique ».

À bord de la SSI, il a en effet prévu de lire un poème sur l’eau afin de créer une prise de conscience sur la situation de l’eau sur la planète.

Ce message, il tente de le délivrer depuis un an déjà par le biais de sa fondation One Drop.



L’abolition des cirques avec animaux


Une telle fortune accumulée grâce aux spectacles sans animaux est un véritable pied de nez aux cirques qui se disent dépendants de ces derniers pour susciter l’intérêt.
Elle démontre que le public est enthousiaste et nombreux à répondre à ce genre de divertissements.
Un argument de poids quand on sait que c’est principalement grâce aux subventions de l’Etat que les cirques traditionnels survivent !





Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Vivre Autrement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche