Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 13:53

 

 

 

je partage

 

source : link

 

robm.jpg

 

 

Quand on a décidé d’assumer le véganisme, on doit choisir sa philosophie, sa sensibilité, car dans le véganisme il existe plusieurs courants, dont voici des définitions.


Ces définitions, nous les donnons ici à notre manière, mais c’est en ce sens que ces termes sont employés, partout dans le monde… même si en France, c’est bien entendu le grand n’importe quoi sur ce plan.


Ces définitions sont au nombre de quatre :

  • le « welfarisme »

  • l’abolitionnisme

  • l’anti-spécisme

  • la libération animale.

 

tumblr_m2bddp2mQI1r2przko1_500_large.jpg

 

Quatre définitions, pour des termes exprimant des sensibilités très différentes, voire antagoniques.


Le « welfarisme »

 


Le terme de « welfare » est le même que dans l’expression anglaise de « welfare state », « l’État – providence. »

Il désigne donc le « bien-être » des animaux, ou si l’on veut, les droits des animaux.


Les « welfaristes » sont pour des réformes.

Pour eux, la moindre petite réforme en faveur de la situation des animaux – ne serait-ce que des cages plus grandes – est un pas en avant.

C’est par la multiplication des réformes que la situation des animaux ira vers une condition « idéale. »

 


Les +


Permet la multiplication des revendications

Permet d’avoir tout de suite une base plus grande, sans mettre la pression

Peut revendiquer des succès en quelques domaines


Les -

 

Illusions complètes sur la nature de l’État et sur une économie fondée sur le profit

Effacement de la distinction entre végétarisme, végétalisme et véganisme

Invention du concept élitiste de « végéphobie » pour justifier des limites sociales aux réformes

 

554872_10150754364932110_642197109_12025111_1260870627_n.jpg

 

L’abolitionnisme

 

 

Les abolitionnistes ne sont pas d’accord avec les welfaristes, car à leurs yeux, l’oppression des animaux est du même type que l’esclavage.

La seule revendication possible est donc l’abolition, car l’esclavage est inacceptable, à quelques degrés que ce soit.


Les abolitionnistes sont donc d’accord avec les welfaristes pour dire que nous vivons dans un Etat de droit, mais ils pensent que les réformes n’ont aucun sens par rapport au caractère esclavagiste du rapport qu’ont les humains avec les animaux.

 


Les +


Pas d’illusions sur la signification des réformes sur la base de la société

Mise en avant de valeurs morales et recherche d’une « nouvelle éthique »

Affirmation permanente du véganisme


Les -

 

Absence de perspective concrète à court et moyen termes

Focalisation sur le principal théoricien abolitionniste, l’américain Francione

Illusion sur le caractère démocratique de l’économie

 

P1050990.jpg

 

 

L’anti-spécisme

 

Le terme d’anti-spécisme désigne en France les personnes s’opposant au « spécisme », désginant l’oppression des espèces non humaines.

Cela a comme origine une définition des « Cahiers anti-spécistes », et cela a comme conséquence que n’importe qui, même une personne welfariste, pourrait se dire anti-spéciste.


Mais le terme « anti-spéciste » désigne en réalité bien autre chose.

Le terme d’anti-spéciste provient d’Allemagne, où il est associé au mot « action » : de même manière qu’il y a l’action antifasciste comme union des antifascistes, il y a l’action anti-spéciste qui regroupe ceux et celles refusant le spécisme.


L’action antifasciste a comme symbole un drapeau noir et un drapeau rouge (union des anarchistes et des communistes contre les fascistes) et l’action anti-spéciste a comme symbole un drapeau noir et un drapeau vert.

 

Les anti-spécistes sont en effet uniquement anarchistes, le vert représentant le combat anti-spéciste (les « antispés » ne sont que modérément écologistes).

 


Les +

 

Constitution d’une véritable scène avec une vraie culture

Grande radicalité et capacité de propagande

Aucune illusion sur la nature de l’Etat ou de l’économie

 

Les -

 

Sectarisme « anti-social »

Pas d’esprit d’ouverture à la Nature, aux animaux

Pas de stratégie sur le long terme

 

 

La libération animale

 

La libération animale rejette tant le welfarisme que l’abolitionnisme, au nom du rejet de l’existence des classes sociales : attendre des réformes est illusoire, attendre une « révolution » pro animaux de la part de l’État ou du capitalisme est tout aussi illusoire.


Il s’agit donc d’une sensibilité proche de l’antispécisme (le logo du Front de Libération Animale – ou des animaux – est d’ailleurs un « A » cerclé, symbole de l’anarchisme).

Les deux tendances refusent d’ailleurs de se dissocier de l’ALF, au minimum.


Cependant, la libération animale ne se focalise pas sur la dénonciation de l’État comme le fait l’anti-spécisme.

Elle revendique une culture positive, ouverte aux animaux et est depuis quelques années quasi systématiquement associée à la libération de la Terre.

Les démarches au sein de la libération animale sont beaucoup plus diverses que dans l’antispécisme (uniquement pratiques, uniquement théoriques, ou bien encore culturelles notamment avec la musique, etc.).

 

monkey_thinking.gif


Voilà donc pour les définitions principales.

 

De fait, aujourd’hui, la quasi totalité des associations dans le mouvement pour les animaux suivent des principes « welfaristes », exigent des réformes, des « droits » pour les animaux.

 

Ces associations sont « apolitiques » en théorie, mais en fait largement ouvertes au pessimisme, à la misanthropie et au racisme d’extrême-droite.

 

L’abolitionnisme dispose en France d’une structure qui relaie les positions de Francione (vegan.fr).

 

L’anti-spécisme n’existe plus de manière organisée, alors qu’il y a quelques années encore s’y rattachait une structure importante : les « Furieuses Carottes » (qui seront dénoncées comme « criminelles » notamment par le journal Le Monde).


La libération animale est quant à elle portée par LTD, par une partie significative de la scène historique anarcho-punk, par toute tradition dans les squatts.


Enfin, pour être juste, il faudrait rajouter à ces quatre sensibilités le « vegan business. » Organisé autour du « Paris Vegan Day », le principe est de faire du business avec le véganisme (recettes, alimentation, etc.) en considérant que cela fait avancer la cause.


Mais cela ne sert à rien d’en parler, car un tel phénomène ne saurait durer.

La France est le bastion le plus puissant de l’anti-véganisme, et être vegan restera un antagonisme complet jusqu’à ce que les choses changent de fond en comble.

 

Un capitalisme vegan ne pourra jamais prendre comme il prend de manière significative en Angleterre, aux USA, en Allemagne ou en Autriche (pays où l’opinion publique était déjà à la base et est encore extrêmement sensibilisée à la question animale).

 

Le welfarisme ne réussira à rien exactement pour les mêmes raisons : la seule chose que le welfarisme obtiendra, c’est d’accompagner les décisions de l’Union Européenne.

Mais jamais elle ne touchera le coeur de la société française…


Car pour cela, il faut une révolution dans notre rapport avec la Nature, mettre un terme à la logique à la Descartes, pour qui les animaux sont des machines et la nature quelque chose de mauvais à dominer.


Et cette révolution ne pourra venir qu’avec les valeurs de la libération animale et de la libération de la Terre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Végé Végan
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche