Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 08:16
Comment fabriquer un "frigo du désert" ou un "pot zeer"

Une alternative au réfrigérateur naturelle et efficace.


 


 

Initialement conçu pour économiser les ressources en Afrique où les conditions sont précaires, le frigo du désert, appelé également Pot Zeer, est un moyen écologique de conservation des fruits et légumes.

 

Le système est celui du système de l’évaporation par l’eau apportée aux aliments. Les aliments sont placés dans un pot d’argile, lui même placé dans un pot plus grand.

 

Entre les 2 pots, on place du sable que l’on arrose 2 fois par jour, le tout est recouvert d’un linge humide. L’évaporation d’eau permet le refroidissement du pot interne : principe de la thermodynamique.


 

 

 

Pour en savoir un peu plus sur le Zeer : 

Une étude scientifique a confirmé l’efficacité de ce système, en moyenne, les aliments sont conservés 10 fois plus longtemps que d’ordinaire.

Le pot est efficace dans les climats chauds et secs, idéal donc pour le sud de la France.

 

 

A titre comparatif :

  • un frigo ordinaire coûte environ 300€ et consomme en moyenne 250 kW par an

  • un frigo américain coûte environ 800€ et consomme en moyenne 530 kW par an

  • le frigo du désert coûte environ 10€ et ne consomme rien

 

Fabriquer son frigo du désert :

 

 

Il faut :

 

  • 2 pots en terre cuite non émaillés (un gros et un plus petit). Le gros pot fait 40 cm de diamètre intérieur. Le petit pot fait 25 cm de diamètre intérieur. La hauteur du gros pot est de 40 cm.

  • 2 gros bouchons de liège si les pots en terre ont des trous

  • du sable

  • de l'eau

  •  du tissu ou un couvercle.

Les étapes de fabrication

 

  1. Bouchez chaque trou des pots avec les bouchons en liège

  2. Mettez au fond du grand pot du sable, environ 5 cm

  3. Placez le plus petit pot dessus, on le cale bien pour qu’il soit à la même hauteur que le gros pot

  4. Disposez le sable entre les deux pots. Il faut que le haut du sable soit environ 2 cm plus bas que le haut du pot intérieur, de cette façon, il sera facile et rapide d’arroser le sable 2 fois par jour sans risquer de mouiller le pot intérieur. Bien tasser le sable.

  5. Nettoyez le pot intérieur

  6. Arrosez le sable, environ les 3/4 d’une bouteille d’eau

  7. Laissez « refroidir » quelques heures avant d’y entreposer vos fruits et légumes

  8. Mettez la nourriture dans le pot intérieur. Couvrir le tout avec du tissu ou un couvercle

  9. Mouillez le sable environ deux fois par jour. 

 


 

Comment fabriquer un "frigo du désert" ou un "pot zeer"

Avantages :

 

  • Chaque zeer peut contenir 12 kg de légumes

  • Les expériences montrent que les tomates et les goyaves peuvent être conservées pendant 20 jours, comparativement, elles se conserveraient seulement 2 jours sans zeer

  • Les aubergines restent fraîches 27 jours

  • Même les roquettes qui se conservent généralement qu’un jour seulement avant le flétrissement, peuvent être conservées pendant cinq jours

  • Simple à utiliser et à comprendre

  • Pour l’agriculteur, le zeer augmente les opportunités de vente

  • Pour le consommateur, le résultat est une offre accrue de fruits et de légumes frais sur le marché

  • Il peut être utilisé pour entreposer lee céréales pendant une longue période, car il protège de l'humidité quand le sable est sec, ce qui empêche les champignons de se développer.

  • Le zeer peut garder l'eau à une température d'environ 15 degrés Celsius.

  • Il y a aussi un avantage pour la santé : le zeer aide à maintenir la teneur en vitamines et en éléments nutritifs des légumes, et prévient de la maladie en gardant les mouches éloignées de la nourriture.

 

14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 08:12
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 06:57
Jean-Michel Cohen

Jean-Michel Cohen

je partage

 

Publié par : Lili Gondawa8 juillet 2013 ici 

 

 

 

Je suis tombée par hasard sur nutrition.aujourdhui.com, un site dédié à la perte de poids, où l’on essaie de vous vendre un coach minceur en ligne, et de vous fourguer au passage tout un bric-à-brac de conceptions nutritionnelles douteuses, voire carrément arriérées.

 

 

Plus précisément, j’ai atterri sur un article complètement invraisemblable consacré aux sablés au chocolat Carrefour. Beau prétexte pour y faire la promotion du livre Savoir mangerdu  nutritionniste Jean-Michel Cohen. Il analyse les biscuits pour enfants, et nous prodigue des conseils peu avisés, dans cet extrait :

 

 

"40 g de biscuits nous paraît encore une fois tout à fait raisonnable, au petit déjeuner ou au goûter qu’ils soient offerts. [Ndlr : nous ne relèverons pas l'étrange formulation de cette phrase.] Les soucis n’étant pas les mêmes à cet âge, on privilégiera surtout les ingrédients nobles, c’est-à-dire le lait, les œufs, le beurre, le glucose, ou le sirop de glucose ou le miel."

 

Nobles ? J’ai dû mal lire. Indépendamment du fait que cette phrase semble une provocation toute spécialement destinées aux végans (c’en est drôle), elle est d’une malhonnêteté intellectuelle flagrante.

 

Quel genre de nutritionniste peut proférer ce genre d’énormité ? Faire l’apologie du lait (facteur inflammatoire notoire 1), des corps gras et des éléments à l’index glycémique élevé (dont la consommation à long terme favorise le grignotage, est associée à une augmentation du risque de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires 2), au point de les classer dans les « ingrédients nobles » ?

 

Autre question : pourquoi diable la farine complète, le sucre non raffiné ou le sirop d’agave n’ont-ils pas leur place dans cette élégie ? Sans parler de la noix de coco, du vrai chocolat noir 3… ou plus généralement des produits biologiques.

 

Rappelons, pour situer le personnage, que Jean Michel Cohen a tenu bien des fois et avec le plus grand sérieux des propos traduisant sa conception du végétarisme. Voici quelques unes des grandes pensées du Docteur Cohen : le calcium ne se trouve que dans les produits laitiers, les enfants végétariens sont tous en mauvaise santé, ne pas manger de viande entraîne forcément une carence en fer. Il a aussi dépeint les végétariens comme « tristes », des « pervers de l’alimentation », et les a comparés à des extrémistes religieux.
Bien qu‘ayant légèrement évolué sur ce point, il se montre aujourd’hui très agressif envers le véganisme.

 

Quant à cette promotion effrénée du lait et du beurre, elle s’explique certainement par le fait que le co-auteur de Savoir manger, Patrick Serog (autre végéphobe avéré) travaille pour Nestlé…

 

Un dessin d’Insolente Veggie illustre toute la finesse de pensée de Jean-Michel Cohen, ici représenté en compagnie de Périco Légasse, critique gastronomique (merci Shaka de m’avoir aidée à l’identifier) :

 

Jean-Michel Cohen fait l’apologie du gras et du sucré chez les enfants
Published by Loukoum & Cie - dans Truc Végé Végan
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 08:36
La Cramaillotte ou miel de pissenlit

Ingrédients : 

 

  • 200 fleurs de pissenlit (environ 150 g),

  • 500 g de sucre roux,

  • 2 citrons non traités (ou une orange),

  • 2 pommes non traitées et de la gaze pour faire du gélifiant.

 

 

Préparation :

 

  1. Faire cuire à tout petits bouillons dans 1 litre d’eau les fleurs et les citrons coupés en rondelles pendant 40 minutes, puis filtrer en pressant pour obtenir le maximum de jus (très important !).

  2. Faire cuire ensuite comme une confiture normale le jus obtenu avec le sucre ainsi que la gaze contenant les pépins et un peu de la peau des pommes, naturellement riches en pectine.

 

 

 


Bon appétit !

 

 

 

 

3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 06:45

L’association sans but lucratif Bzzz est née à l’été 2012 de la volonté de quelques passionnés de s’engager pour la protection des abeilles. La protection de la biodiversité, l’agriculture saine et locale, la sensibilisation du public des milieux urbains et ruraux, la recherche, l’échange et le partage de savoir aux niveaux local et international animent l’équipe des administrateurs de Bzzz.

Face à l’urgence d’œuvrer pour la protection des abeilles et à la puissance des fléaux qu’elles affrontent, la sensibilisation doit se poursuivre et les efforts se multiplier.
L’ambition de Bzzz est de participer, à son échelle, à ces efforts en interpellant les pouvoirs publics et en impliquant les citoyens.

L’association s’y engage au travers d’actions concrètes :

Au terme de sa première année d’existence, Bzzz fait le bilan de ses actions. Voir ses rapports moral et financier, en téléchargement libre ici.

Bzzz ?
Bzzz ?
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 06:50
Sirop de lavande

Ingrédients (6 personnes):


1/2 litre d'eau 
1 kg de sucre 
20 g de fleurs de lavande

 

 

Préparation:

 

Faire bouillir l'eau et le sucre 1/2 heure

Ajouter la lavande et cuire 10 mn

Laisser infuser

Laisser refroidir, filtrer puis mettre en bouteille avec un brin de lavande pour la décoration

Conserver au frais

 

Bon appétit !

 

 

 

26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 10:53
Fromage d’amandes & réjuvélac

 

 

Ingrédients :


- 200 g d'amandes 
- Environ 15 cl de réjuvélac (à fabriquer soi-même)
- Eau de source
- Assaisonnement au choix

 

Préparation :


Faites tremper vos noix de cajou en recouvrant bien d’eau de source durant toute une nuit.


Videz ensuite l’eau de trempage.
 

Placez vos amandes dans votre mixeur avec votre réjuvélac. Mixez à grande vitesse environ deux minutes pour obtenir une texture fine. Ajoutez un peu de réjuvélac si votre préparation peine à être mixée (cela dépend du degré de réhydratation de vos noix)


Là, deux options :


1- Vous souhaitez un fromage à tartiner :


Transvasez dans un contenant en verre et laissez reposer à l’air libre et à température ambiante au moins 9 heures. Vous pouvez laissez plus longtemps, le goût de “fermenté” sera alors plus fort.
 

Une fois le délai passé, agrémentez selon votre goût.
 

Personnellement, j’ai séparé en deux. Dans la première partie, j’ai simplement ajouté du sel. Dans l’autre partie, j’ai pressé une petite gousse d’ail, et ciselé une dizaine de brins de ciboulette.
 

Surtout placez bien au réfrigérateur après, de façon à stopper le processus de fermentation.


2 – Vous souhaitez un fromage un peu plus ferme et façonnable :


Disposez une étamine ou une bande de gaze dans une passoire et versez votre préparation dedans. Laissez ensuite égoutter deux à trois jours (cela dépend de la quantité de liquide dans votre fromage. N’hésitez pas à presser un peu). Laissez à l’air libre et à température ambiante les 9 premières heures, puis placez au réfrigérateur le reste du temps.


Lorsque le fromage est suffisamment égoutté pour vous, agrémentez selon votre goût et façonnez comme vous le souhaitez. Ou bien, serrez l’étamine en petite boule et laissez reposer ainsi quelques heures, de façon à ce que le fromage prenne la forme.


En laissant deux à trois jours égoutter, le fromage brunira légèrement sur le dessus, c’est normal et ce n’est pas un soucis.


De la même façon que dans l’option 1, conservez au réfrigérateur.

 

 

Bon appétit !

26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 10:47
Fromage végétal maison à l’amande

Ingrédients :


- 130g d’amandes entières

- 7cl d’eau
- 1 cuillère à café de sel
- 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
- 1 gousse d’ail
- 1 demi-douzaine de brins de ciboulette
- 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

 

Préparation :

 

Faire tremper les amandes dans un gros volume d’eau froide environ 8 heures.

Pour que leur enveloppe se retire à facilement : égoutter les amandes, les recouvrir d’eau bouillante, attendre 5 minutes, puis égoutter et retirer les peaux à la main.

Mixer avec l’ensemble des ingrédients, jusqu’à obtenir une texture bien homogène.

Mettre dans un bol, couvrir d’un film et laisser reposer au frais une journée. 

 

Se conserve 1 semaine au frais.

 

 

Bon appétit !

 

26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 09:43
Réjuvélac

J’ai trouvé cette boisson en "flânant" sur internet et cela a piqué ma curiosité.

 

Alors en fait qu'est-ce-que c'est ?

 

Derrière ce nom un peu étrange et un peu difficile à prononcer la première fois, se cachent deux parents : rejuvenating pour régénérer, et lac pour lactobacille.

 

Le réjuvélac est donc un probiotique, et un probiotique facile à fabriquer soi-même ! 

 

Le liquide peut être bu tel quel, pour participer à la régénération de la flore intestinale (buccale et génitale aussi), ou entrer dans la composition d'aliments (tels que les fromages végétaux).

 

Le réjuvélac est obtenu grâce à la fermentation de graines germées : quinoa, ou céréales (blé, sarrasin, avoine...). Le processus demande environ 4 jours.

 

 

 

 


 

Réjuvélac

 

Préparation pour 1,5 l de réjuvélac :

 

- Jour 1 : Mettez vos graines dans le bocal avec de l’eau, juste assez pour recouvrir les graines, mais attention elles ne doivent pas sécher. Placez la gaz sur l’ouverture du pot et fermer avec l’élastique (laissez ce dispositif en place jusqu’à la fin). Laissez tremper les graines pendant 8 à 10 h (par exemple toute une nuit).

 

- Jour 2 : Égouttez à travers la gaz et posez le bocal un peu en biais, tête en bas. Je mets le mien sur mon égouttoir. Les graines ne doivent boucher la totalité de l’ouverture du bocal. Veillez à ce qu’elles ne sèchent jamais en les rinçant 2 à 3 fois par jour (au moins matin et soir). Pour se faire, remplissez le bocal d’eau à travers la gaz et filtrez de la même manière. Les graines vont commencer à germer. Répétez l’opération pendant 48h.

 

- Jour 4 : Remplissez le bocal d’eau jusqu’en haut, et laissez le mélange fermenter pendant 48 h (moins si il fait chaud).

 

- Jour 6 : Récupérez l’eau filtrée, vous obtenez votre premier lot de réjuvélac. Remplissez à nouveau votre pot d’eau et laissez fermenter de nouveau mais cette fois pendant 24 h.

 

- Jour 7 : Récupérez l’eau filtrée, vous obtenez votre deuxième lot de réjuvélac. Remplissez à nouveau votre pot d’eau et laissez fermenter de nouveau pendant 24 h.

 

- Jour 8 : Récupérez l’eau filtrée, vous obtenez votre troisième lot de réjuvélac. Cette fois enlevez la gaz et l’élastique et jetez les graines germées.

 

 

 Il se garde plusieurs jours au réfrigérateur. Il est important de le placer au froid pour couper le processus de fermentation.

 

Une fois les graines égouttées, elles peuvent servir à faire encore deux réjuvélacs.

 

23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 07:15

Que diriez-vous d'une bonne confiture de fleurs de saison ?


Les fleurs de chèvrefeuille sont faciles à récolter en mai et en juin,
attention aux baies : elles sont toxiques.

Cette recette est simple et peut se réaliser dans les moments qui suivent
la récolte.


Le résultat sera une belle gelée dorée légèrement acidulée avec de belles
notes de chèvrefeuille qui arrivent en deuxième bouche.

 

Gelée aux fleurs de chèvrefeuille

Il vous faut :


1,5 kilo de sucre normal (sans pectine)

1,5 litre de jus de pomme* (de préférence du jus non reconstitué)

1 bol de fleurs de chèvrefeuille fraîchement cueillies.

 

*Le jus de pomme est un gélifiant naturel qui va faire prendre la gelée et qui servira de base à la préparation.

 

(vous obtiendrez 4 pots de 35 cl et un peu de rab)

 

 

Préparation :

 

- Mettre le jus de pomme et le sucre dans une grande casserole en inox (pas de cuivre ni d'aluminium, ils s'oxydent à la cuisson).

 

- Amener à ébullition à feu doux (environ 15 minutes) : il est important de ne pas utiliser un feu trop vif, et de remuer le jus, sinon vous allez avoir un goût de caramel.

 

- Au bout de quelques minutes, la préparation va s'éclaircir.
Il faut bien surveiller à partir de ce moment, la fin n'est plus très loin...

 

- Réduire le feu au minimum et jeter les fleurs de chèvrefeuille dans le liquide. Comment savoir que la gelée est prête ? Une goutte du liquide posé sur une surface froide prend tout de suite !

 

- Mettre en pots !

 

 

 

Bon appétit !

 

Présentation

  • : Le blog de Loukoum
  • Le blog de Loukoum
  • : Tout ce qui touche de près ou de loin à : écologie, protection des animaux et de la planète, végétarisme, véganisme, recyclage, vivre autrement...
  • Contact

Recherche